Ergothérapie

Les ergothérapeutes accompagnent les patients qui présentent un dysfonctionnement, qu’il soit physique, psychique ou social, temporaire ou permanent. Leur objectif est de leur permettre de maintenir, de restaurer ou d’acquérir un fonctionnement optimal et autonome que ce soit dans leur vie personnelle, professionnelle ou leurs loisirs.

Ils évaluent l’évolution des patients et les orientent vers des activités de la vie quotidienne (jeux, travaux ménagers) qui leur permettront d’acquérir ou de retrouver un fonctionnement optimal par le biais d’une activité pratique. Selon le service dans lequel ils opèrent, les ergothérapeutes adapte l’accompagnement des patients de manière à répondre au mieux à leurs besoins.

En gériatrie aiguë

L’ergothérapie en gériatrie aiguë s’intéresse aux activités quotidiennes du patient hospitalisé. Afin de définir la situation globale du patient dans son lieu de vie (domicile, résidence…), les ergothérapeutes récoltent des informations sur :

  • les capacités antérieures du patient
  • ses habitudes de vie (en tenant compte des particularités de chacun)
  • son environnement : lieu de vie, aménagements présents (ex : barres d’appui dans la salle de bain), aides professionnelles, personnes proches,…

Cette collecte d’informations est complétée par une évaluation des capacités physiques et cognitives de la personne âgée. Les capacités cognitives sont évaluées grâce à des tests tels que le MMSE et le test de l’Horloge.

Autonomie et indépendance

L’autonomie* et l’indépendance* du patient sont également évaluées au travers de la prise des repas (ex : utilisation des couverts), de la préparation du petit-déjeuner (ex : faire ses tartines), de la réalisation de sa toilette et de l’habillage.

Des activités de groupe et individuelles sont proposées ; celles-ci ont pour objectif de stimuler, de maintenir les capacités physiques et cognitives de la personne, et de favoriser les interactions sociales entre les patients. Lors des activités de groupe, les ergothérapeutes réalisent des séances de prévention des chutes, des parcours d’équilibre, des jeux de mots ou encore de culture générale.

Aménagement et aides techniques

Le patient reçoit des conseils pour les aménagements, les aides techniques et les aides à la marche adaptés à ses incapacités : rollator, brosse à long manche, tapis antidérapant, couverts avec un manche grossis etc.

------

*Autonomie : capacité de juger, décider, choisir par soi-même, en quelque sorte gérer sa vie (vise les capacités cognitives)

*Indépendance : capacité physique de réaliser une action seul.

En psychiatrie

Le service de psychiatrie accueille 30 patients pour des durées de séjours très variables. Ces patients arrivent soit depuis les urgences, depuis d’autres services, depuis les consultations de médecins-psychiatres ou d’autres structures.

Pour les ergothérapeutes, l’essentiel de leur travail consiste à réaliser et mener des ateliers :

  • Créatifs et artistiques ;
  • Autour d’activités communes telles que des jeux de société, des films-discussions ;
  • D’écriture et introspectifs autour d’outils métaphoriques avec un psychologue ;
  • De musique avec un médecin-psychiatre, de la cuisine avec une assistante sociale, des sorties culturelles…

Ceci réclame un temps de préparation, de réflexion, d’organisation, de renouvellement et de débriefing.

Comment se déroule la gestion d’un atelier ?

Au-delà des la gestion « logistique » qui consiste à accueillir, expliquer et aider les patients dans la réalisation des activités, les ergothérapeutes doivent également gérer le groupe dans sa dynamique et ses interactions.

En effet, ces patients ont leur personnalité, leur histoire et une pathologie propre les ayant amenés à se faire hospitaliser en psychiatrie. De plus, ils partagent ici une vie communautaire. De ce fait, l’un des rôles des ergothérapeutes est donc de préserver un lieu sécurisant pour chacun. Ils veillent ainsi à garantir une certaine liberté d’exploration individuelle au sein du groupe.

Soutien et accompagnement

Encourager, soutenir en cas « d’échecs » et se rendre disponible pour chaque membre du groupe sont des aspects essentiels du travail d’ergothérapeute.

En revalidation neurologique (hospitalisation)

Le rôle des ergothérapeutes en revalidation neurologique est de rééduquer le patient aux gestes de la vie quotidienne, par le biais d’exercices moteurs (rééducation musculaire), d’exercices cognitifs (rééducation cérébrale) ainsi que d’activités fonctionnelles (mises en situation concrète).

Tout en tenant compte des habitudes de vie de chacun, ils proposent un programme de rééducation ciblé et personnalisé en fonction des capacités du patient et des objectifs à atteindre. Le but étant de rendre le patient le plus autonome et indépendant possible en vue de récupérer une fonctionnalité optimale dans la vie personnelle, professionnelle et sociale.

En revalidation orthopédique (hospitalisation)

Les objectifs poursuivis par les ergothérapeutes consistent à :

  • Informer et éduquer à la protection des prothèses de hanche et de genou
  • Développer l’autonomie du patient dans les activités de la vie journalière
  • Améliorer les amplitudes articulaires
  • Récupérer la force musculaire
  • Travailler l’équilibre debout
  • Travailler l’endurance à l’effort et en station debout
  • Augmenter le périmètre de marche

Pour cela, diverses modalités sont mises en place :

  • Mise en situation : escaliers, transferts, toilette, habillage, cuisine etc.
  • Exercices fonctionnels assis et debout
  • Parcours d’équilibre (obstacles, tapis, marche)
  • Sortie à l’extérieur
  • Conseils écrits et oraux sur les consignes de sécurité
  • Conseils sur les adaptations de l’environnement ainsi que sur les aides techniques

En revalidation pulmonaire (hospitalisation)

En revalidation pulmonaire, le travail des ergothérapeutes consiste à prendre en charge des patients souffrant de problème respiratoire de type Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO).

Ce service de revalidation accueille des patients au stade 3 et 4 de la maladie, 4 étant le dernier stade. Dans cette période où les capacités respiratoires sont diminuées, le patient voit progressivement sa qualité de vie se détériorer. Vite essoufflé, il a de plus en plus de difficultés à réaliser les gestes de la vie quotidienne ainsi qu’à répondre à des besoins primaires tels que se déplacer, se laver, s’habiller, faire le ménage…

Lors de son séjour en revalidation, le patient BPCO bénéficiera d’une prise en charge pluridisciplinaire donc, notamment, ergothérapeutique. Les ergothérapeutes amènent le patient à travailler sur les aspects suivants :

  • adapter sa respiration à l’effort
  • écouter sa respiration
  • adapter son rythme de travail
  • gérer l’essoufflement
  • adapter sa respiration en fonction des facteurs atmosphériques
  • adapter sa respiration lors des activités de la vie quotidienne (se laver, s’habiller, cuisiner,..)

En soins palliatifs

En soins palliatifs, un ergothérapeute n’a aucun résultat quantifiable à atteindre. Son but est d’offrir un accompagnement de qualité, en prodiguant des moments de joie, du confort et de la qualité de vie à chacune des personnes uniques qu’il aura la chance d’accompagner.

Pour atteindre ce but, en collaboration avec l’équipe, il axe son intervention aussi bien sur la personne que sur son environnement.

Au niveau de la personne, il agit sur le plan physique et psychique :

  • En favorisant le maintien de son autonomie, la conservation d’un maximum d’indépendance et de ses capacités, la diminution de l’inconfort physique et de la perception de la douleur ;
  • En valorisant l’estime et l’image de soi, en atténuant la douleur psychique, l’anxiété, en favorisant la détente et le bien-être ;
  • En travaillant sur la resocialisation, l’acceptation de la maladie, l’expression des angoisses et des émotions.

Au niveau de l’environnement, il agit sur l’environnement physique et social de la personne :

  • En adaptant l’environnement et en installant des aides techniques ;
  • En créant des aides à la communication
  • En favorisant la relation entre le patient et ses proches et en accompagnant son entourage.

Les moyens pour atteindre ces objectifs sont divers et variés et dépendent de chaque personne que l’ergothérapeute accompagne dans ses derniers moments de vie.

En revalidation orthopédique (ambulatoire)

Dans le cadre de la revalidation ambulatoire (membre supérieur et membre inférieur), des patients sont accueillis pour des pathologies orthopédiques telles que le placement de prothèse (hanche, genou, épaule), les lésions osseuses et articulaires etc.

La finalité de l’intervention ergothérapeutique consiste à permettre au patient de retrouver un niveau de qualité de vie optimal dans les activités suivantes :

  • Soins personnels (en revalidation ambulatoire, cela est généralement acquis) ;
  • La participation sociale (travailler, activités domestiques et familiales) ;
  • Les loisirs.

La prise en charge se base sur des évaluations, un dialogue avec le patient et des mises en situation afin de définir ensemble des objectifs significatifs. Elle s’inscrit dans une réflexion et une collaboration pluridisciplinaire (médecin réadaptateur et kinésithérapeute).

Les modalités thérapeutiques sont prioritairement une rééducation fonctionnelle (réapprentissage des activités de la vie quotidienne) mais peuvent aussi se centrer sur la rééducation des fonctions (équilibre, coordination, dextérité, sensibilité, force...). Des conseils en aménagement du domicile complètent la prise en charge.