Comité Qualité et Sécurité

Dr Hervé Deladrière
Président
Directeur Médical et Médecin-chef
hdeladriere@his-izz.be

Secrétariat : 02/739.87.71

/officity:libitem/2908/Perissino-Aldo.jpg

Dr Aldo Perissino
Expert contrat qualité SPF

aperissino@his-izz.be

/officity:libitem/140/HANSON-Bernard--127065-320x200.jpg

Dr Bernard Hanson
Consultant case management

bhanson@his-izz.be

/officity:libitem/85/DE-CLERCQ-Danny-1266-320x200.jpg

Danny De Clercq
Directeur Département Infirmier

ddeclercq@his-izz.be

/officity:libitem/2010/Pham-Rachel.jpg

Rachel Pham
Pharmacien hospitalier clinicien

rpham@his-izz.be

/officity:libitem/2601/Bockstal-Genevieve.jpg

Dr Geneviève bockstal
Responsable DI RHM/RCM

gbockstal@his-izz.be

F. Beladel
Médiatrice interculturelle

fbelabel@his-izz.be

 

Depuis sa création en 2009, le Comité se réunit tous les mois pour discuter des projets et actions visant à améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge du patient. Le Comité est composé de médecins, de pharmaciens, d’infirmiers(ères) et d’autres professionnels de santé.

Missions

Le Comité Qualité et Sécurité est responsable de la mise en place et du suivi de la politique de HIS en matière de qualité et de sécurité du patient.

Le Comité initie des actions concrètes pour offrir des soins efficients, efficaces et sécurisés.

Il sensibilise les membres du personnel à une culture qualité et sécurité du patient dans la vie quotidienne et les projets institutionnels.

Projets

Quatre projets, mandatés par le SPF Santé publique, mobiliseront le Comité Qualité jusqu’en 2017, et cibleront HIS en tant qu’hôpital aigu mais aussi comme hôpital intégrant une unité psychiatrique et des unités de revalidation.

Ces 4 projets concernent les médicaments à haut risque, la « safe surgery » (chirurgie sécurisée), l’identitovigilance (« le bon soin au bon patient »), et les soins transmuraux.

Pour chacun de ses projets, 4 dimensions devront être analysées et intégrés au projet : le système de gestion de la sécurité, le leadership, la communication et l’empowerment (ou responsabilisation) du patient et de sa famille.

Par exemple, en ce qui concerne les médicaments à haut risque, le Comité qualité déterminera comment on communique vers le personnel à propos de ces médicaments, comment on amène le patient à jouer un rôle décisif dans sa prise de médicaments, comment on élabore un système de sécurité autour de la gestion de ces médicaments….

 

MEDICAMENTS A HAUT RISQUE

Les médicaments à haut risque sont des médicaments qui donnent lieu à un pourcentage élevé d’erreurs ou d’événements indésirables. Ce sont également les médicaments qui entraînent un risque de dommages graves ou très graves pour le patient en cas d’utilisation erronée.

Les catégories principales de médicaments à haut risque sont les anticoagulants, l’insuline, les narcotiques, les sédatifs, les électrolytes solutions ioniques concentrées, les cytostatiques.

/officity:libitem/2913/Comite-qualite---medicaments.png

Il peut également s’agir de médicaments dont l’aspect extérieur peut prêter à confusion  ou de médicaments dont les dénominations se ressemblent (DOBUTamine et DOPamine, par exemple)

 

 

 

 

 

 

Le Comité Qualité va donc s’attacher à cartographier de manière proactive les risques de ces médicaments, afin de les gérer et de les maîtriser. Il s’agit également d’augmenter le niveau de connaissance et de diffuser ces connaissances afin que tous les acteurs du circuit du médicaments puissent les administrer en toute sécurité. Enfin, il est important d’informer le patient et sa famille en fonction de ses besoins et du contexte, afin de l’impliquer et de favoriser son autonomie.

 

SAFE SURGERY

La safe surgery peut être définie comme la garantie d’opérer le bon patient au bon endroit grâce à la bonne intervention. Ceci concerne l’hospitalisation classique autant que la chirurgie de jour et même la réalisation d’examens invasifs.

Pour atteindre ce niveau de sécurité, le Comité Qualité travaille sur l’élaboration et la mise en place de checklists à trois moments-clés : avant l’induction anesthésique, avant l’intervention chirurgicale et après l’intervention (avant la sortie du patient du bloc opératoire).

Ces checklists concernent tout autant l’identité du patient, le site opératoire, la présence de risques, la prophylaxie antibiotique, que le matériel chirurgical à utiliser. Ces checklists doivent être signées par l’infirmière, l’anesthésiste et le chirurgien.

Ces checklists ont été diffusées depuis le début de l’année 2013 dans les différents blocs opératoires. LeComité Qualité effectue des statistiques régulières sur le nombre de checklists reçues par rapport au nombre d’intervention et sur la façon dont ces checklists ont été remplies.

 

IDENTITOVIGILANCE

L’identitovigilance se définit comme la politique de surveillance et de prévention des erreurs et risques liés à l’identification des patients. Cette identification est particulièrement importante lors de l’administration des médicaments, lors des transferts de patients, en chirurgie (voir le projet sur la safe surgery) et lors de l’utilisation de matériel médical et d’implants. Elle est tout aussi primordiale lors de l’administration de produits sanguins, lors des prélèvements et naturellement en cas de disparition inquiétante de patients.

Le premier geste de l’identitovigilance est très simple : toute personne qui effectue un acte demande au patient de décliner son identité et vérifie la concordance avec le bracelet, le dossier, la prescription,….

Le Comité Qualité s’emploie à insister sur ces règles simples qui doivent être systématiques. Des contrôles réguliers sont effectués sur la présence des bracelets HIS chez chaque patient. Avec succès, puisque le pourcentage de patients équipés d’un bracelet HIS ne cesse d’augmenter.