Actualités: Retour sur le Coastline challenge : les anciennes patientes de la Clinique du sein des Hôpitaux Iris Sud parcourent la côte belge à pied

Se dépasser en parcourant les 60km de la côte belge à la marche, c’est le défi relevé par 12 anciennes patientes de la Clinique du sein des Hôpitaux Iris Sud. Un projet sponsorisé par Think-Pink, l’association belge de lutte contre le cancer du sein.
Retour sur ce weekend d’efforts tant physiques que psychologiques avec Arnaud Tiberghien, diététicien au service oncologie et l’un des porteurs du projet.

La Panne, un samedi ensoleillé de mai. Il est 7h du matin, l’heure de se lever, déjeuner et démarrer pour les 12 anciennes patientes de la Clinique du sein et leurs accompagnants. Avec quelques appréhensions, mais beaucoup de motivation, l’équipe se lance pour les 30 premiers kilomètres de marche, direction Ostende.

Deux journées d’efforts

Les craintes ont rapidement laissé place à l’enthousiasme. « D’ailleurs, les patientes marchaient beaucoup plus vite qu’aux entraînements : 5km/h en moyenne », explique Arnaud Tiberghien, diététicien au service oncologie. À ses côtés, pour les accompagner : Morgane Schadeck et Jessica Von Wasserman, kinésithérapeutes, ainsi que les coachs sportifs, Christopher Christiaens et Sébastien Hsia. Ensemble, ils ont partagé 15 semaines d’entraînement qui ont également permis au groupe de se souder.

Pour être préparé au mieux à cette activité physique, le diététicien a recommandé aux patientes de suivre un régime hyperglucidique dès les trois jours précédant le début de la marche. « Le but était d’augmenter les réserves en glycogènes pour améliorer l’endurance », précise-t-il. Les ravitaillements durant la marche suivaient le même principe.

Après une nuit de repos bien méritée, le groupe démarre la deuxième moitié du parcours. Cette fois-ci, le beau temps n’était pas au rendez-vous. « Il pleuvait tellement fort qu’avec la fatigue de la veille, l’équipe était démotivée. Heureusement, la vidéo envoyée par Kristel De Coster (infirmière coordinatrice de la Clinique du sein, nldr) qui n’a pas pu venir a redynamisé toute l’équipe », raconte l’accompagnant.

Une détermination à toute épreuve

L’objectif de ce weekend était « de montrer qu’après le cancer, il y a une vie » mais aussi de se dire que « malgré un traitement lourd et des étapes vraiment difficiles à vivre, aujourd’hui, on tourne la page, on est ensemble, on avance et on se dépasse » rappelle le diététicien.

Un objectif atteint puisque même les patientes qui avaient le plus de mal ont tout fait pour arriver au bout de l’épreuve, sans jamais abandonner. « C’est très particulier comme ambiance, mais c’est très porteur. On attendait d’elles qu’elles se dépassent, elles ont toutes fait bien plus », témoigne-t-il.
Le Dr Frédéric Buxant, médecin coordinateur de la Clinique du sein, a rejoint le groupe dimanche. Il s’est d’ailleurs étonné de la vitesse à laquelle les patientes marchaient. En effet, leur détermination les a poussées à accélérer sur les derniers kilomètres.

Un weekend chargé en émotions

« C’était une expérience très forte à vivre avec elles. Je retiendrai leur sourire constant et leur force. Ce projet a demandé beaucoup d’organisation, mais je les trouvais tellement enthousiastes et dynamiques que s’il fallait recommencer cette semaine, je le ferais », confie l’accompagnateur.