Actualités: La bienveillance au-delà des soins : rencontre avec le service de gériatrie

Tous les jours, les équipes soignantes sont confrontées à la réalité, parfois dure des patients. Isolés ou même à la rue, certains arrivent dans notre hôpital les mains vides. Plusieurs services mènent des actions pour le bien-être de ces patients, au-delà de l’amélioration de leur état de santé. C’est notamment le cas du service de gériatrie des Hôpitaux Iris Sud, site Etterbeek-Ixelles. Nous sommes allés à la rencontre de l’équipe qui y organise régulièrement des collectes de vêtements.

« Nous nous sommes rendu compte que les gens n’avaient rien en arrivant », raconte Mariem Mijbar, aide-soignante de l’unité de gériatrie du site Etterbeek-Ixelles. « Et que c’était triste de laisser les patients repartir avec leur robe de nuit d’hôpital alors qu’il fait zéro degré », ajoute Amina Mamouni, sa collègue.

Le froid. Une sensation plus facilement ressentie par les personnes âgées, et ce, même à l’intérieur du service. « Les patients se plaignaient d’avoir froid avec leur chemise d’hôpital. Nous avions l’habitude de leur donner des couvertures, mais dès qu’ils devaient se déplacer pour des exercices de kinésithérapie, par exemple, ce n’était plus pratique », explique Diana Jurkowska, infirmière en chef du service. C’est ainsi que leur est venue l’idée de créer une banque de vêtements.

Pulls, gilets, pantalons, veston, blazer, chapeaux, pyjamas pour hommes et pour femmes… Tous les vêtements récoltés sont dans un local bien rangé du service de gériatrie. Grâce au bouche-à-oreille, ces tenues sont apportées par les membres de l’équipe, leurs familles et amis ou encore par les collègues d’autres services. Mme Jeanty, bénévole de l’asbl Les Amis d’HIS, anciennement secrétaire trésorier de l’association, contribue également à cette collecte. Pour changer des parfums habituels des produits de l’hôpital, l’équipe achète parfois du gel douche, de l’eau de Cologne.

« Il est sorti d’ici dignement »

Si ces moments de partages sont très touchants pour les membres du service, certaines histoires sont plus marquantes que d’autres. « Je me souviens d’un homme qui vivait dans la rue. Il était arrivé dans notre service dans un piteux état », relate l’infirmière en chef. Après avoir été soigné, lavé, rasé et habillé de haut en bas, « il est sorti d’ici dignement ». Sans se consulter, toutes les trois ont pensé à lui.

Comme Mariem Mijbar l’explique, ce qui est émouvant c’est de voir la réaction des patients. « Ils sont heureux de recevoir quelque chose. Ils y tiennent jusqu’au bout de leur séjour et ils repartent avec. » Pour sa collègue : « c’est bien pour l’estime des patients et les voir comme ça, ça nous fait quelque chose».

Les patients séjournent minimum dix jours en gériatrie. Si l’équipe soignante tente de rendre leur séjour le plus agréable possible, de par cette durée minimum, elle est également amenée à tisser des liens avec les personnes âgées jusqu’à leur retour à domicile.

L’infirmière en chef explique que les horaires de départ ont changé. Les patients quittent l’hôpital à 10h30 au lieu de 14h. Ils partent donc sans avoir mangé. «Nous leur préparons un plateau qu’ils prennent à emporter parce que nous ne savons pas s’ils auront un premier repas en rentrant. Ainsi, nous sommes au moins rassurés pour la journée, le temps que la voisine fasse les courses par exemple».

Que retire l’équipe de ces bonnes actions ?

Pour Amina Maimouni, « ça donne du sens à notre travail ». « Et puis juste le fait d’avoir un merci, un sourire c’est… », raconte Diana Jurkoswka en en perdant ses mots. Selon Mariem Mijbar « faire ce métier c’est déjà donner beaucoup, mais si tu le donnes correctement, c’est encore mieux. Sans te dire que tu seras rémunéré pour ça. »

En les écoutant toutes les trois parler de leur expérience, il est impossible de passer à côté du regard de l’infirmière en chef. « Je suis super fière de mon équipe. J’ai une équipe dynamique qui propose souvent de nouvelles idées. Nous prenons beaucoup sur nous, parfois nous restons plus longtemps pour nos patients sans regarder les heures. » Selon elle, la clé de la réussite du service c’est que toute l’équipe travaille dans le même état d’esprit et qu’elle est soutenue aussi bien par l’équipe au sens large (les médecins, les kinés, les ergothérapeutes, les logopèdes, les diététiciens, les assistants sociaux…) que par la direction.